Rechercher

écoutez

Ressources en ligne

Vous souhaitez télécharger des livres sur une liseuse, une tablette, un smartphone ? Inscrivez-vous en choisissant le formulaire selon la médiathèque que vous fréquentez   Alfortville, Créteil   Limeil-Brévannes, Médiathèque mobile.

     Informatique, cours de langues, code de la route, musique, soutien scolaire, remise à niveau....

 

        Presse en ligne : plus de 800 titres, accédez à deux revues par mois et par carte de médiathèque

 

  Eurêka Val de Marne

Partager "Ressources numériques" sur facebookPartager "Ressources numériques" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Le chant des plaines (Haruf, Kent)

note: 5Le chant des plaines BARIDA LAURENT - 13 juin 2019écoutez

Avec, « Le chant des plaines », nous entrons dans une autre dimension ; celle où l’on écoute le silence, les trilles des passereaux, le murmure du ru, et le voyage des nuages aux confins des plaines. Un focus sur le monde agricole du Colorado, dans la bourgade de Holt, une autre vie, un autre rythme, une échelle des valeurs humaines différente nous envahie ; et je dois dire, qu’au début de ce roman, c’est moi qui était perdu ; avant de me fondre dans ce récit.

Une jeune fille, Victoria Roubideaux, se trouve enceinte, à l’âge de 17 ans ; son ami l’a quitté. Sa mère n’acceptant pas cette situation décide de la chasser du domicile.

En parallèle, Tom Guthrie, professeur vit avec ses deux jeunes enfants : Ike et Bobby. Et la mère de ceux-ci, dépressive est retournée chez sa sœur à Denver.

Enfin, les représentants de ce monde rural, les frères McPheron, qui vont, en vertu d’une compassion innée, apporter des solutions pour Victoria et indirectement à Tom.

Le style de Kent Haruf, surprend de prime abord, les conversations intégrées dans le texte, sans ponctuation ; une vue à la troisième personne, par moments.

Un plaisir devenu indicible au fur et à mesure de ma lecture ; avec un retour à l’essentiel, l’entraide, la patience et l’amour du prochain. Une magistrale thérapie apportée à notre monde stressé.