Rechercher

écoutez

Ressources en ligne

Vous souhaitez télécharger des livres sur une liseuse, une tablette, un smartphone ? Inscrivez-vous en choisissant le formulaire selon la médiathèque que vous fréquentez   Alfortville, Créteil   Limeil-Brévannes, Médiathèque mobile.

     Informatique, cours de langues, code de la route, musique, soutien scolaire, remise à niveau....

 

        Presse en ligne : plus de 800 titres, accédez à deux revues par mois et par carte de médiathèque

 

  Eurêka Val de Marne

Partager "Ressources numériques" sur facebookPartager "Ressources numériques" sur twitterLien permanent
AccueilCritique

Critique

 

Personne ne disparaît (Lacey, Catherine)

note: 4désespéré et fantaisiste... Annie - 21 novembre 2016écoutez

Une longue introspection sur fond d'errance en Nouvelle-Zélande.
Un peu long, mais l'écriture vaut le détour :

"(...) Est-ce que tout le monde sur la planète, ou au moins tout le monde appelé moi, n'est pas coincé entre deux impulsions : le désir de disparaître comme si rien n'était jamais arrivé et le désir d'être une bonne personne (...)"

"(...) Je me suis souvenue de ce que quelqu'un avait dit un jour à propos du voyage ; que parfois le corps arrive quelque part trop vite pour l'âme et que l'âme ne bouge pas vraiment son joli petit cul pour rejoindre le corps, parce que l'âme n'est pas vraiment amie-amie avec le corps mais, quoi qu'il en soit, sans l'âme le corps est un animal solitaire, alors j'ai pensé, il est peut être temps pour moi de rester tout à fait immobile en attendant l'âme (...)."

Premier roman, où le désespoir intérieur du personnage principal est promené dans toute la Nouvelle Zélande, allégé par la drôlerie des réflexions et la bizarrerie des rencontres.

Moi j'aime.